TEXTES JUILLET 2018 JOURNAL D'ATELIER 

27072802_10156042639006263_5318096024398218931_n

Ci-dessous : 
"Mes Tissages" dessin de recherches en cours juin 2018
Encre typographique (Stylographes à billes) / papier 100x100cmP1010074
Ci-dessous : "Mes Tissages" dessin de recherches en cours juin 2018

Encre typographique (Stylographes à billes) / papier 100x100cm (détails)

P1010078

P1010079

P1010081

Extrait de conversation de philosophes et artistes : " -Le président reprend à son compte la maxime de Confucius : " Si un homme à faim : donne lui un poisson, il mangera un jour, apprend lui à pêcher il mangera toujours..." - Ça c'est valable quand il y a des poissons dans les mers et les rivières...- A l'époque ou Confucius à aurait déclaré cela il y en avait, et sans doute n'imaginait-t-il pas qu'il y en eu plus...maintenant le poisson est rare et Macron le sait... - Oui et il te rétorquera la même chose avec une variante sur la chasse... - le gibier est encore plus rare... et la cueillette est soit impossible ou interdite ou bien encore les baies, légumes et fruits se raréfierons aussi...ce qui fait de Macron un idiot, un démagogue et/ou un pervers...-Il va te chanter alors l'élevage, l'agriculture... - Je lui rétorquerai : le partage !

 

27072802_10156042639006263_5318096024398218931_n

 

 ci-dessus : "Les (Mes) petites cerclitudes" ou "Rosace de rosettes".

 

(titres à l'étude ) dessin de recherches en cours juin 2018
Encre typographique (Stylographes à billes) / papier de Rives découpé au format : 50x50cm.

Note ouverte : à un directeur de galerie : J'ai entendu par oui-dires que le directeur de la Galerie Mottet pensais que "je m'enfermais dans la trame". D'abord il n'y a pas "la trame" mais il y en a toujours plusieurs...Certains artistes affirment ne pas "s'exprimer" ou plutôt décrire et intervenir au minimum sur les choses, ce n'est pas mon cas...même si ma liberté parfois se veut volontairement restreinte dans certains cas car j'agis selon des règles que je me suis fixé à l'avance, et par dérogations je fixe de nouvelles règles, ainsi de tableaux en tableaux et de séries en séries j'avance et cherche à "exprimer" ou plutôt décrire un monde ou ne peut pas "tout faire n'importe comment"...Souvent j'ai été enfermé, incarcéré et je retrouve dans un monde, à l'extérieur complètement liberticide, j'en rend compte d'une certaine façon avec la liberté de proposer mes propres règles d'y déroger et d'en inventer d'autres...certain "galéristes" ou "marchands de tableaux" (je ne sais pas trop comment cela s'appelle...) pensent que je m'enferme dans une pratique ou une esthétique et voudraient bien m'enjoindre à "être libre"...ne pas obéir a cette injonction est pour moi une forme de liberté, liberté avec laquelle je propose non pas des cages dorés (quoique...), mais d'une certaine façon encore des allusions au monde étriqué dans lequel nous évoluons ou la "liberté" ne serait possible que dans le cadre de certaines "contraintes" ce qui peu paraître une non-sens et pourtant je le ressens bien réellement comme cela le monde ou nous vivons...Ma femme trouve que mes tableaux sont beau et que ce qu'elle vit parfois au boulot c'est de la merde...Je ne sais si je veux exprimer la liberté ou l'aliénation sans doute tantôt l'un et parfois l'autre, mais toujours de façon poétique...L'abstraction est pour moi l'impossibilité de représenter l'humain sous forme individuelle, l'impossibilité de représenter ce que l'homme détruit : la nature, c'est à dire lui-même et l'impossibilité du mensonge et du simulacre par mimétisme...La possibilité de représenter l'aliénation collective ? Je ne sais...De fabriquer des "attrapes-rêves" ? Peut-être...Je veux pas créer un "vocabulaire" de formes mais plusieurs avec une grammaire et une syntaxe toujours différente et renouvelée non seulement par des variables mais par des paradigmes distincts et multiples...Le langage sensible et intelligible en trois dimensions principales et essentielles qui n'en fait qu'une et que j'appellerai faute de mieux : "temps-espace-mouvement"...mais c'est une autre histoire...Ce que je pense de la liberté imposée comme injonction parfois aux artistes est en réalité un mensonge que l'on nous demande de perpétrer : faire croire en somme que nous sommes "libres" et plus "libres" en tant qu'artistes que les autres ce qui est en partie faux...La seule liberté que je connaisse est (n'en déplaise à Mr Macron qui prêche "l'émancipation par le travail"), ma seule liberté dis-je est de disposer de ma journée et ma libre circulation dans l'espace, et plus la liberté est grande moins ce temps sera employé par les contingences liées à la survie...La question pour l'artiste n'est pas celle de la liberté mais ce qu'il va faire de cette liberté...et c'est toute la question...en ce qui me concerne, c'est l'expérimentation qui m'intéresse, l'expérimentation d'un "cadre" viable à long terme sans cesse remis en question et donc sans cesse en mouvement... qui d'une certaine façon se présente comme le monde vivant : avec ses lois, ses règles etc...sauf que dans le monde que je propose ces lois sont sans cesse mouvantes et pour cela je n'ai pas besoin de bricoler le génome de la réalité ou autres arrogances propres aux petits apprentis sorciers qui se prennent pour des génies... La dimension "spirituelle" dans cette affaire ne serais pas de se prendre pour un petit "dieu" mais d'essayer de créer des objets de contemplations intelligibles et sensible proche de la musique, de la méditation et parfois même de la prière. et ceci : tout en sachant que "nous sommes dans un train express qui roule vers la mort" (Jean Cocteau) et que tout cela finira mal...et que tôt ou tard la soleil deviendra un géante rouge et que la terre sera pulvérisée ...et sans doute l'homme aura disparu depuis longtemps tout en ayant essayé de foutre la merde ailleurs...quand bien même il y parviendrai le temps d'un instant dans les temps géologiques...le propre même du vivant est de naître, vivre et mourir et ça les hommes n'y échapperons pas...

 

9f974d_25440a2e1a444fc28aac4a2b5335a3c3_mv2 2

 

Screen-angles

 

Ci-ddesus : (Documents de travail)P1010001

 

Ci-dessus : 
"Mes Tissages" dessin de recherches en cours juin 2018
Encre typographique (Stylographes à billes) / papier 100x100cm

P1010004

 

Ci-dessus : 
"Mes Tissages" dessin de recherches en cours juin 2018
Encre typographique (Stylographes à billes) / papier 100x100cm
 (détail)

Je crois que je fait ce que je fait car il m'est devenu impossible de faire autre chose si je veux rester "honnête" et loyal envers ce que je fait et ce que je suis...Cézanne et aussi Bissière : "je vous doit la vérité en peinture" et même si on ne doit pas la vérité à tout le monde, ne n'est pas une raison pour mentir à tout le monde alors la seule solution : faire ce avec quoi on est le mieux : moi c'est ma peinture et j'y passe entre 10 et 20 heures par jours...La seule façon de rester psychologiquement et physiquement en vie...cette fameuse "nécessité intérieure" prônée par Kandinsky? C'est peut-être ça pour moi aussi ... je ne sais.

 

P1010038

Above: Drawing of the series "CERCLITUDES"

Ci dessus : Dessin de la Série "CERCLITUDES"

TEXTS JULY 2018 JOURNAL
/ BLOG (facebook)

Excerpt from conversation of philosophers and artists: "-The president takes over the maxim of Confucius:" If a man hungry: give him a fish, he will eat one day, teach him to fish he will always eat ... "- That's valid when there are fish in the seas and rivers ... - At the time Confucius would have said that there were, and probably he did not imagine he there is more ... now the fish is rare and Macron knows it ... - Yes and he will retort the same thing with a variant on the hunt ... - the game is even rarer ... and the picking is either impossible or forbidden or even the berries, vegetables and fruits will become rarer too ... which makes Macron an idiot, a demagogue and / or a pervert ...- He will sing you then the breeding, the agriculture ... - I will retort him: sharing!

P1010038

P1010039

P1010040Above: Drawings of the "CERCLITUDES" Series

Ci dessus : Dessins de la Série "CERCLITUDES"

Open Note: To a gallery director: I heard by saying that the director of Galerie Mottet thought that "I locked myself into the web". First there is not "the frame" but there are always several ... Some artists say they do not "express themselves" or rather describe and intervene at least on things, it's not my case ... even if my freedom sometimes wants to be voluntarily restricted in certain cases because I act according to rules that I have fixed in advance, and by derogations I set new rules, and tables and tables series in series I go forward and try to "express" or rather describe a world or can not "do anything anyhow" ... Often I was locked up, incarcerated and I found in a world, outside completely liberticidal, I report in a certain way with the freedom to propose my own rules to derogate and to invent others ... certain "galéristes" or "merchants of paintings" (I do not know not really what it's called ...) think that I lock myself into a practice or an aesthetic and would like to join me in "being re libre "... not to obey this injunction is for me a form of freedom, freedom with which I propose not gilded cages (though ...), but in a way still allusions to the narrow world in which we evolve or the "freedom" would be possible only within the framework of certain "constraints" which can seem a nonsense and yet I really feel it like this the world where we live ... My wife finds that my paintings are beautiful and what she sometimes lives at work is shit ... I do not know if I want to express freedom or alienation, sometimes sometimes one and sometimes the other, but always poetic way ... Abstraction is for me the impossibility of representing the human in individual form, the impossibility of representing what man destroys: nature, ie itself and the impossibility lies and simulacra by mimicry ... The possibility of representing collective alienation? I do not know ... To make "dream-catcher"? Maybe ... I do not want to create a "vocabulary" of forms but several with a grammar and a syntax always different and renewed not only by variables but by distinct and multiple paradigms ... The sensitive and intelligible language in three main dimensions and essential that is one and that I will call for lack of better: "time-space-movement" ... but that's another story ... What I think of the freedom imposed as sometimes injunction to the artists is actually a lie that we are asked to perpetrate: to make believe in sum that we are "free" and more "free" as artists than the others which is partly false ... The only freedom I know is (no offense to Mr Macron who preaches "emancipation through work"), my only freedom I say is to have my day and my free movement in space, and more freedom is great less this time will be used by contingencies related to the survival ... The question for the artist is not that of freedom but what he will do with this freedom ... and that's the whole question ... as far as I'm concerned, it's is the experiment that interests me, the experimentation of a viable long-term "framework" that is constantly being questioned and therefore constantly moving ... which in a certain way is presented as the living world: with its laws, its rules etc ... except that in the world that I propose these laws are constantly shifting and for that I do not need to tinker with the genome of the reality or other arrogances peculiar to the small apprentices sorcerers who are taken for geniuses ... The "spiritual" dimension in this case would not be to think of itself as a little "god" but to try to create intelligible and sensitive objects of contemplation close to music, meditation and sometimes even of prayer. and this: knowing that "we are in an express train that rolls towards death"

P1010037Above: Drawing of the series "CERCLITUDES"

Ci dessus : Dessin de la Série "CERCLITUDES" 

I believe that I do what I do because I have become impossible to do anything else if I want to remain "honest" and loyal to what I do and what I am ... Cézanne and also Bissière: "I you must the truth in painting "and even if we do not owe the truth to everyone, is not a reason to lie to everyone then the only solution: do what we are best: me it is my painting and I spend between 10 and 20 hours a day ... The only way to stay psychologically and physically alive ... this famous "inner necessity" advocated by Kandinsky? Maybe that's for me too ... I do not know.27072802_10156042639006263_5318096024398218931_n