ARTISTES TRAMEURS-TRAMEUSES

21 février 2018

 

PIERO DORAZIO (trameur ?) Un très grand Peintre Italien, peut-être l'un des plus grand du XXème siècle:

artist-PIERO-DORAZIO-kunzt1475422568_500x500

Piero-Dorazio-echange-d-ailes-1967_original_large

Piero Dorazio

Piero Dorazio. 1.1K likes. Vita e opere del maestro dal punto di vista del suo editore di riferimento di multipli d'arte e tutti coloro che lo hanno amato Dir.Art. Fabio Lombardi

https://www.facebook.com

 

784e9609422d0a1b969c29dff1fcd48b--vienna-contemporary-art

 

images-2

Piero Dorazio, un des pères de l'abstraction italienne d'après la seconde guerre mondiale

https://www.youtube.com/watch?v=f7Ybt7ylZ18

 

Né à Rome le 19 juin 1927, Piero Dorazio participe très jeune au mouvement des idées qui secoue la péninsule à la Libération. Dès la fin du conflit en 1945 ­ - Mussolini est exécuté le 28 avril et les Allemands capitulent le 2 mai ­-, Dorazio constitue avec des amis (Guerrini, Perilli, Vespignani...) le groupe Arte sociale, qui aspire à un renouvellement social et culturel de l'Italie.

 

 

 

images

La première exposition du groupe a lieu en mars 1946 à Rome, dans un local du Parti socialiste italien. Le groupe publie en août l'unique numéro de La Fabbrica, dans lequel il se déclare autonome des partis, tout en se situant à gauche. Comme en France à la même époque, les débats opposent les pa

 

rtisans d'un art libre, généralement abstrait, à ceux prônant un alignement sur le réalisme socialiste préconisé par le Parti communiste.

C'est dans ce contexte que, le 15 mars 1947 à Rome, Dorazio constitue le groupe Forma 1, avec Attardi, Consagra, Guerrini, Perilli, Sanfilippo et Turcato. Leur manifeste sera publié en avril dans l'unique numéro de leur revue Forma 1. Les artistes se proclament "formalistes et marxistes, car (...) convaincus que les termes de marxisme et de formalisme ne sont pas inconciliables, spécialement de nos jours, où les éléments progressistes de notre société doivent maintenir une position révolutionnaire et d'avant-garde et ne pas s'attarder sur les ambiguïtés d'un réalisme épuisé et conformiste dont les derniers avatars en peinture et en sculpture ont montré clairement l'étroitesse et les limites" . En octobre, le groupe reçoit le soutien du critique communiste Corrado Maltese, qui publie "Formalismo e Marxismo" dans la revue Alfabeto.

Piero Dorazio adhère également en 1948 au Movimento Arte Concreta, et sa peinture se situe dans la mouvance de l'abstraction géométrique. En juin 1950, avec d'autres membres de Forma 1, il ouvre à Rome la librairie-galerie L'Age d'or. Sa position politique est alors proche du trotskisme. Un trotskisme fasciné par la modernité que représente l'Amérique, où Dorazio fera plusieurs séjours. L'université de Philadelphie l'appellera, de 1960 à 1968, comme professeur et directeur du département des beaux-arts. Il fréquente Barnett Newman et Mark Rothko et rencontre les principaux représentants de l'école de New York.

COMPOSITIONS "ALL OVER"

L'art de Dorazio arrive à maturité grâce à un mélange savoureux où le futurisme d'un Balla ­ - pour le rythme ­ - s'allie à la rigueur abstraite et à la liberté américaine, notamment dans les formats et les compositions"all over", c'est-à-dire couvrant la toile de manière systématique en refusant d'en privilégier une partie.

Récompensé à la biennale de Venise de 1960, Piero Dorazio eut une certaine influence sur l'art italien de la décennie suivante. Il se définissait comme un pessimiste, ce que démentaient la jubilation de ses tableaux et son talent de coloriste. Auquel ne le cédaient en rien ses dons de polémiste, dont il fit preuve à de nombreuses occasions, comme en 1996, lorsqu'il émit des doutes par voie de presse sur l'intellect du ministre des biens culturels d'alors, Antonio Paolucci, qui avait eu le malheur de déclarer que "le grand art italien est mort avec Tiepolo".

Une rétrospective de son oeuvre a été montrée au Centre Pompidou en 1979 et une seconde a été organisée au Musée de Grenoble en 1990 par Serge Lemoine (Le Monde du 30 octobre 1990). Ses oeuvres figurent dans de nombreuses collections publiques, dont celle du Musée d'art concret de Mouans-Sartoux, grâce à la donation Albers-Honegger.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2005/05/20/piero-dorazio-peintre-italien_652139_3382.html#fdARXudFg9e6wg0E.99

7e3bc731-c384-42fc-a62b-3f577d1fe888_338


Piero Dorazio a tutto tondo, una mostra oltre i luoghi comuni

Posté par Olivier Fouchard à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


MEDHI MOUTASHAR (Trameur ?) 

Artiste français d'origine irakienne, né en 1943 et installé à Arles, MEHDI MOUTASHAR définit son oeuvre entre « les arts de l'Islam et les arts géométriques occidentaux ». Depuis le début des années soixante-dix, il mène une réflexion à la fois sensible et construite, une véritable grammaire articulée autour du concept du carré. Présente dès le début dans son travail en deux dimensions, cette recherche s'est poursuivie ces dernières années à travers des constructions qui témoignent d'une approche philosophique globale de l'espace.

C'est à cette logique qu'appartiennent sa référence constante à l'alphabet et à la calligraphie, ainsi que l'utilisation récurrente de la brique, module par excellence. Situées sur la terrasse et dans les salles d'exposition de l'ICI, les sculptures de MEHDI MOUTASHAR témoignent d'une lecture fondée à la fois sur l'héritage des avant-gardes européennes et sur sa culture d'origine, la culture arabo-musulmane.

 

MEHDI MOUTASHAR

H0027-L80631021

13051780_234128050275849_2591903346316519603_n

 

Ne en 1943 a Hilla (Babylone), Irak
Academie Superieure des Beaux-Arts, Bagdad – Ecole Nationale Superieure des Beaux-Arts, Paris

 

S’installe a Paris en 1967 – Professeur a l’Ecole Nationale Superieure des Arts Decoratifs, Paris, de 1974 a 2008
Vit et travaille a Arles depuis 1974

 

Represente par les galeries :
Denise Rene a Paris – VictoR sfez a Paris – AL/MA a Montpellier
LinDe HoLLingeR a Ladenburg (D) – Hoffmann a Friedberg (D) – fReDeRic HessLeR a Luxembourg

 

Expositions personnelles

1970  Musee d’art Moderne Gulbenkian, Bagdad

1971  Galerie Leger, Copenhague ; Malmo, Suede

1972  Galerie du Haut-Pave, Paris

          Musee d’Art Moderne, Bagdad

1974  Galerie du Haut-Pave, Paris

1975  Musee d’Art Moderne, Bagdad

1977  Musee de Chartres

          Maison Pablo Neruda, Arles

1978  Gallery K,Washington, U.S.A.

1979  Galerie Leger, Malmo, Suede

1980  Al-Riwak Art Gallery, Bagdad

1985  Galerie Hoffmann, Friedberg, Allemagne (catalogue) Galerie Karo, Berlin

1986  Galerie Nicole Dortindeguey,Anduze

1988 Chapelle du Mejan, Arles (catalogue)

          Galerie Karo, Berlin
          Galerie Walzinger, Saarlouis, Allemagne

1989 Tours Narbonnaises, Cite de Carcassonne Institut du Monde Arabe, Paris (catalogue) Galerie St Ravy Demangel, Montpellier

1996 Galerie XIII, Arles
1997 Kufa Gallery, Londres
1998 Galerie Denise Rene, Paris
1999 Arts Dealers / Galerie Denise Rene, Marseille
2002 Galerie Denise Rene, Paris (catalogue)
2003 Espace Capitole, Arles
2005 Galerie Verney-Caron,Villeurbanne (Revue Semaine 22.05) 2009 Galerie Denise Rene, Paris (Revue Semaine 37.09)
2011 Kleine Museum, Weissenstadt, Allemagne
2012 Galerie AL/MA, Montpellier
2013 Galerie Linde Hollinger, Ladenburg (Allemagne)
2014 Galerie Le Petit Temple, Lasalle
2016 Galerie Victor Sfez, Paris

Galerie AL/MA, Montpellier

 

Expositions collectives (selection)

1987  Zwei Quadrat, Wilhelm Hack Museum, Ludwigshaven, Allemagne t Konkret Sieben, Kunsthaus, Nuremberg, Allemagne

1988  Die Ecke, Musee cantonal de Sion, Suisse ; Stadt Museum, Ingolstadt, Allemagne Constructions et conceptions, Scho?neberg Bahnhoff, Berlin

1991 L’Eau et l’Europe ; intervention dans le Jardin des Prebendes a Tours : travail in situ 1994 A cote du baroque, Livitice, Republique tcheque

1997  3eme Biennale de Sharjah, Emirats Arabes Unis

1998  Galerie Marz, Manheim, Allemagne

2000  Tsukuba Museum of Art, Ibaraki ; Marugame Genichiro Inokuma Museum of Contemporary Art, Kagawa ; Urawa City Museum of Art, Saitama (Tokyo) ; Himeji City Museum of Art, Hyogo, Japon ;Tokyo Art Institute,Tokyo

2001  Arte abstracto y la galerie Denise Rene, Centro Atlantico de Arte Moderno, Las Palmas, Grande Canarie Asiart, M.A.C., Ge?nes, Italie : travail in situ

2003 Ateliers arabes, Palais de l’unesco Beyrouth ; Khan Assad Pacha, Damas : travail in situ
2005 Le livre arabe, Bibliotheque Nat. de France, Paris t Art in motion, Leeuwarden, Pays-Bas : travail in situ

2008  Sur la ligne, Musee Matisse, Cateau-Cambresis, France Le Champ rythmique de l’esprit,Arts de l’Islam et abstraction geometrique, Espace d’Art Concret, Mouans-Sartoux, France

2009  Notations, Akademie der Kunst, Berlin ; ZKM Zentrum fur Kunst and Medientechnologie, Karlsruhe, Allemagne

2010  Francois Morellet & Mehdi Moutashar, Institut des Cultures de l’Islam, Paris

2011  Galerie Deleuze-Rochetin, Arpaillargues, France

larger

 

 

 

Posté par Olivier Fouchard à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LAURA NILLNI (Trameuse ? ) : 

Au delà du simple coloriage ou remplissage de surface, la recherche des transparences et de la sensualité...

 

Laura Nillni

Laura Nillni is on Facebook. Join Facebook to connect with Laura Nillni and others you may know. Facebook gives people the power to share and makes the world more open and connected.

https://www.facebook.com

 

23783600_519110271777624_8670777288477577903_o

Transparences des dessins sur calque ... :

23845742_1768944996450965_7486265245391028677_o

Laura Nillni
L’inclination pour les sinuosités du contour et ses aménagements structurels, et par ailleurs, le goût des quadrillages en croix ou en chevrons rigoureusement échelonnés, le tout saupoudré d’une luminosité interstitielle gouvernée par une gamme de gris changeants, confèrent à l’œuvre de Laura Nillni, des accents singuliers très contrastés, dont le strict ordonnancement l’enracinent au cœur de l’esprit de géométrie le plus surveillé, mais sans céder à l’orthodoxie de la tendance.
Ses vantaux généralement verticaux, fardés de transparences vibratoires, affichent des intrications serpentines oscillant entre le clair et l’opaque, qui dégagent des marges lacunaires attenantes ou laissent affleurer des partitions écrites emblématiques. Plus avant d’autres compositions se couvrent bord à bord d’une signalétique en noir et blanc, où les rythmes glissés, resserrés ou plus relâchés, codifient le sens du support.
Chez Laura Nillni, tout semble logique, tant les formes qui instruisent sa grammaire visuelle, s’ajustent naturellement à sa pensée organisatrice. Et cette pensée, loin d’altérer l’équilibre du rendu, se voit renforcée par les ambiguïtés érudites de la sémantique de Jose Luis Borges, dont le substrat parle à l’imaginaire et à la mémoire, en nous rappelant que les choses ne sont pas ce qu’elles sont, mais ce en quoi elles se transforment. En quelque sorte, c’est ce que dissimulent les apparences qui mobilise l’artiste et la conduit à s’interroger sur l’histoire d’un objet, sinon, sur « ce que l’on a vu ou entendu », qui parfois recoupe des bribes d’histoire personnelle.
Généralement sur papier calque, du moins depuis trois ans, et à l’acrylique, Laura Nillni ne peint rien d’autre que ce qu’elle ressent, en l’occurrence sa géométrie circulaire, à laquelle la littérature mêle sa substance calligraphiée, le formel complétant l’imaginaire sur un registre qui lui est propre, toujours basé sur l’énoncé du plus avec le moins. A y bien regarder, quoi de plus simple qu’une ligne, un carré ou une spirale : les combinatoires sont infinies et lorsque s’immisce le jeu des couleurs, même en grisaille, les possibilités d’interprétation se multiplient.
Artiste complète, originaire d’Argentine, aujourd’hui parisienne d’adoption, diplômée de l’
Ecole des Beaux-Arts de Buenos Aires, elle aurait pu, à l’instar de certains aînés, basculer dans l’art optique ou dans un réalisme social en vogue à l’époque, mais elle a choisi de ne pas s’éloigner de la quête de la forme pure, et a progressivement étoffé sa problématique, en adjoignant le relief à son répertoire et plus tard la vidéo, au côté de son compagnon Ricardo. Et ses « Racines carrées » en bois massif ont de l’allure, avec leurs agrégats de cubes superposés en carrés ou en rectangles mitoyens, essaimés d’une végétation ligneuse prolongée de branchies en amont et en aval, qui exhalent une force centrifuge, aspirée par les vides arborés qui sont aussi des pleins. L’aspect sériel des dispositifs ne faisant qu’insister sur la complémentarité de parties. Brisons donc les formes et introduirons les racines de la vie dans les niches en ceux de la trame, et sur le champ l’architecture s’anime en induisant une autre lecture.
Enfin, l’image mobile, c’est-à-dire, la vidéo, est un des modes d’expression privilégié de Laura. Elle la pratique parallèlement avec Ricardo, auteur de la musique, avec pour objectif de jumeler de manière concrète le son et l’image. Mais pas d’une façon mécanicienne, en ce que la poétique de l’image projetée, nous entraîne sur d’autres rivages. Alors, les portées musicales se déploient sur l’écran et les séquences diaphanes, autrement formulé les transparences légèrement voilées, déroulent lentement leurs atours feutrés selon un phénomène de déconstruction, reconstruction continu, rehaussé par les timbres assourdis de la musique concrète. Tout bouge et s’enchaîne, entre moirures et lumière filtrée, à l’aune des toiles de l’artiste. Pour elle, « chaque lieu est un autre lieu », dont il faut décrypter l’existence cachée.
Discrète et polysémique, l’œuvre silencieuse et incarnée de Laura Nillni, n’est pas qu’une simple confidence harmonieusement distillée, ni un message écologique. Issue d’une réflexion analytique autant que d’un fort sentiment intime, elle oppose au désordre du monde, un ordre supérieur.
Gérard XURIGUERA

23551296_1756107661068032_2988444674798102544_o

23737897_519110275110957_5684640085992255411_o

23783672_519110268444291_9068006664805123280_o

24059521_1768945003117631_8907309401001462635_o

LAURE NILLNI

Laura Nillni

If my work has evolved across a variety of art forms, borrowing especially from themes in music and literature, it is through the mathematical concepts of repetition, combinatorics, variation and permutation that it asserts its visual identity.

https://geoform.net

 


https://geoform.net/artists/laura-nillini/

 

Posté par Olivier Fouchard à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

TRAVAIL EN COURS : RECHERCHES SUR CES BASES LÀ (AVEC LA COULEUR TOUJOURS : 

9f974d_25440a2e1a444fc28aac4a2b5335a3c3_mv2 2

Screen-angles

images-1Les lignes et le quadrillage chez F.Morellet ...

Quadri-Classik-[Converti]Trame conventionelle classique : base de recherches plastiques en cours.

stochasticTrames conventionelles classiques (utilisées par les machines imprimantes...et dans l'imprimerie, sérigraphie etc...)

trame_dc3a9tailsBIEN SÛR IL FAUDRA AUSSI PERMUTER LES COULEURS OU LES SUPRIMER POUR REVENIR AU DESSIN...IL FAUDRA AUSSI PROVOQUER DES VARIATION AU "HASARD" AVEC ET SANS "RAPORTEUR" ...

 

Posté par Olivier Fouchard à 15:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

René Eicke

Regard numérique sur un Trameur (?), en tout cas un artiste que je pense être extremmmement intéressant :

: RENE EICKE :

https://www.facebook.com/rene.eicke.9

https://www.youtube.com/watch?v=YHMZe_rWPJ0

Rene Eicke

René Eicke se présente ainsi :

Je suis née à Essen, en Allemagne. De 1975 à 1977 j'étudiais l'art à la Fachoberschule pour Gestaltung à Essen. En 1977, j'ai changé et a commencé une nouvelle vie à Utrecht aux Pays-Bas. De 1977 à 1983, j'étudiais les arts visuels à l'Académie d'Utrecht. Pendant mes études, je peignais des milliers de portraits. Je travaillais à l'abstraction, qui finalement se terminait dans l'informe. Après mon étude j'ai commencé à travailler abstrait.

Je pense que toutes les années qui suivaient je cherchais de nouvelles possibilités de peinture. Il y a eu des fins et de nouveaux commencements dans mon travail dans ma vie. Il y a trois ans, la peinture s'est arrêtée. La couleur a disparu. 
Maintenant je dessine sur la toile. Je dessine sur une toile avec du noir. Je l'appelle peinture. J'aime ça.

Je travaille avec un système plus ou moins visible, perceptible, tangible et une déviation plus ou moins visible, perceptible, tangible. Cela provoque plus ou moins d'agitation. Le flou joue un grand rôle dans mon travail. Comprendre dans une forme d'imprécision, d'incertitude et d'incertitude. Je fais de l'espace pour l'erreur dans le système.

Je m'intéresse aux contraires comme prévu et accidentel, directionnel et non-directionnel, prévisible et imprévisible. Une question dans ce cas est de savoir comment le sécurisé et le non sécurisé ensemble.

L'unité est-elle possible. J'utilise la grille comme système de réglementation. Une structure à travers laquelle le précis et inexact peut être visible. Les petits changements et les déplacements peuvent ici donner naissance à une nouvelle identité.

Je travaille avec la répétition de la forme par laquelle se forment les modèles mais aussi les intensités et les puissances de l'individu et les formes différentes, qui apparaissent constamment de disparaître. Répétez signifie dans mon travail pour faire une différence. La répétition existe sur la base de l'intensité des divers.

Et qu'il y a bien sûr toujours l'action. L'action n'est pas une déclaration de sentiments, mais plus qu'un signe. L'action dans ce cas est liée à la fermeture. L'action semble interrompre quelque chose, sortir quelque part et plonger dans la surface de la peinture. L'action semble émerger du monde personnel des pensées, puis, entre passé et futur, visiblement mis sur la toile.

 

René Eicke Crossing systems, or the innocence of chance 2015 felt pen on canvas 24 x 18 cm

René Eicke

L'intérêt de René Eicke va à la déviation au sein de l'ordonnance. Il se demande ce que la nouvelle relation dans l'organisation provoque.

 

Il travaille avec une grille comme une forme et utilise les possibilités métaphoriques de celui-ci.

La base du travail est un système plus ou moins visible et tangible avec une déviation plus ou moins visible et tactile. Cela entraîne plus ou moins d'agitation dans le travail.

Eicke a fait des peintures de 30x40cm sur une toile tendue depuis un certain temps maintenant. Pendant UtrechtDownUnder, il présente une série de peintures qui ont été peintes directement sur le mur. L'image est séparée de la limite de la forme sculpturale du cadre et est donc littéralement libre de son ombre.

rené-eicke-z

IMG_3932

IMG_4034_2

https://www.facebook.com/rene.eicke.9

 

 

Posté par Olivier Fouchard à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 février 2018

OLIVIER FOUCHARD Artiste (Cinéaste, Photographe et Peintre trameur)

Méditerrannée prises dans les Glaces par une nuit de pleine lune (5éme Esquisse) 40x50cm : OF2014 > collection Olivier Cussac 2014 - copie

 

Olivier Fouchard Atelier

Olivier Fouchard Atelier. 6 likes · 10 talking about this. Atelier Olivier FOUCHARD 73 RUE DE LA RÉPUBLIQUE 38140 RIVES FRANCE Portable : 06 09 76 44 50 Mail: fouchard.of@gmail.com

https://www.facebook.com

 

Olivier Fouchard

Olivier Fouchard is on Facebook. Join Facebook to connect with Olivier Fouchard and others you may know. Facebook gives people the power to share and makes the world more open and connected.

https://www.facebook.com



https://www.facebook.com/Olivier-Fouchard-Atelier-224590954755366/

 

Version 4

 

Né le 15/03/1969 à Troyes (10-France). Vit et travaille à Rives (Isère-France). Dessine, peint, écrit des poème et écoute de la musique depuis son plus jeune âge.

 

1985 séjour au Sénégal où il sera vacciné de son engagement humanitaire par la Croix Rouge Française.

Rencontre du peintre, sculpteur et artiste Pierre Druesnes au début des années 80 et premières peintures et trames dès cette époque en école buissonnière des collèges et lycées où l'on tentait de l'enfermer.

1986-1989 bref passage à l'École municipale des Beaux Arts de Cambrai, rue du Paon et premiers séjours en psychiatrie au secteur 36 de l'hôpital de Cambrai.(Nord-France).

1990-1993 stages de lissier interprète et de tireur-sérigraphe ou l'on attendait de lui qu'il devienne un technicien et ouvrier spécialisé à Gouvieux (Oise-France).

1986-1996 , peintures et rares expositions collectives et personnelles.1996, il arrache son DNAP avec un petit programme de films expérimentaux au bout de trois ans à l 'École d'art de Grenoble (Isère-France) ou l'on a menacé l'artiste de l'exclure de l'école si il continuait à peindre et qu'il a fini par quitter avant d' être exclus ou « muté » sans programmes Erasmus....

1996 à nos jours : nombreux films expérimentaux et vidéo d'art en partie après la rencontre des collectifs d'artistes Métamkine et Atelier MTK et de Christophe Auger au 102 à Grenoble.

1996 à 1998 : Membre actif de l'Atelier MTK.

2008 : se remet peindre de façon régulière. Expositions collectives et personnelles. Ses films sont montrés dans les galeries, festivals et musées dans le monde entier (New-York, Toronto, Windsor, Rotterdam, Madrid, Tapeïi..., ambassade de Serbie, Austrian film Festival ... etc...) ainsi qu'en France (MNAM- Centre Georges Pompidou, La Cinémathèque Française (…) ou une grande partie de ses films et vidéo sont conservés.

 

 https://twitter.com/OlivierFouchar1

https://expcinema.org/site/en/books/fabriques-du-cin%C3%A9ma-exp%C3%A9rimental

https://lightcone.org/fr/cineaste-118-olivier-fouchard

https://lightcone.org/fr/video-6271-yad

 

IMG_3804 (1)

IMG_3817 (1)

P1010025

 

Site historique de l'artiste :

http://olivierfouchard.wixsite.com/olivier

 

Olivier Fouchard Art (@OlivierFouchar1) | Twitter

The latest Tweets from Olivier Fouchard Art (@OlivierFouchar1). ARTISTE. Rhône-Alpes, France

http://twitter.com

 

Posté par Olivier Fouchard à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2018

22279639_10155664735855930_2468335042180899736_n

Peter Schuyff

Peter Schuyff is on Facebook. Join Facebook to connect with Peter Schuyff and others you may know. Facebook gives people the power to share and makes the world more open and connected.

https://www.facebook.com


Olivier Fouchard
 il y avait AUSSI un vent comme ça dans les années 80 ... : https://vimeo.com/241723888 
Trameurs, trameuses de tout pays : "Has been ? But not dead ! " O.F. Janvier 2018.

22279639_10155664735855930_2468335042180899736_n

Peter Schuyff 2http://schuyff.com/

 

Allez voir cela vaut le détour, c'est un trajet qui peut paraître étonnant mais il y avait un élan un peu partout dans le monde vers ce genre de recherches à l'époque passées innaperçu....: https://vimeo.com/241723888

Posté par Olivier Fouchard à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

Olivier Fouchard

Olivier Fouchard is on Facebook. Join Facebook to connect with Olivier Fouchard and others you may know. Facebook gives people the power to share and makes the world more open and connected.

https://www.facebook.com


RECHERCHES EN COURS : 

(...) Babel fragile...hum toujours entre orgueil triomphal et chutes de ruine...ici en l'occurence : avant l'effondrement, bien avant au stade d'un début de confusion...il s'agit dans ce difficile chemin vers la figuration de raconter un histoire, une sorte de projet narratif en plusieurs tableaux en somme mais tout reste a faire, c'est le début depuis quelques années déjà ... (...) si c'est bien une tour, le chemin, c'est l'histoire (s) de Babel, ou plutôt le mythe et aussi le chemin vers une possible figuration, vers même un narration et tout ça pour moi, en peinture n'est pas une chose évidente...bien sûr l'histoire ou le mythe biblique de l'ancien testament ne se termine pas très bien ... mais peut importe ... dans l'histoire que je tenterais de raconter, il s'agit de l'invention de la guerre, donc aussi de la paix, de la culture et dans la foulée l'érection de la tour : le langage... Je sais, c'est un peu ambitieux et c'est pas facile et je ne suis pas sûr de vivre assez longtemps pour y arriver...au terme de ce projet...(...) Oui le langage....donc la musique aussi, c'est évident...et puis l'architecture...donc ...le temps etc...et fatalement l'espace et le mouvement.... (Extraits conversation avec Barbara Tannery / pots facebook... 09-10 Janvier 2018).BABEL ÉTUDECi-dessus : 
Olivier Fouchard : "ÉTUDE N°2 POUR BABEL" (tableau figuratif) 2016-2017 
Acrylique, encres typographiques er feutres, feutres acryliques et vernis sur toile de coton montée sur châssis, agrafes métal.
60 x 81 cm.

4 ETUDES SANS TITRESCi_dessus : 
Olivier Fouchard "4 ÉTUDES COMPLEMENTAIRES SANS TITRES" (CYCLE DES FLOCONS LUNAIRES) 2016-2017
Acrylique, crayons de couleurs et frutres acryliques sur toiles de cotons montées sur châssis, agrafes métal.4X 33 X 41 cm.
 

ÉTUDE EN BLEU ET ROUGE SUR TRAME SYMÉTRIQUECi-Dessus : Olivier Fouchard :
"BLEU & ROUGE SUR UNE TRAME SYMÉTRIQUE"
Encre typographique, Acrylique et vernis sur toile de coton, montée sur châssis de bois, agrafes métal. Avril 2017
Losange (carré de base 50x50cm ) envergure 70 x 70 cm
 

Posté par Olivier Fouchard à 00:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2017

Affiche OF1VOLT

23511246_1676876675696825_8104287525245863970_o

Le catalogue de l'exposition est en vente au profit de l'association 1VOLT

à l'Espace Galerie des Lombards, et sur contact1volt@gmail.com

par courrier postal au prix de 10 € ( plus 3 € de frais de port ). 


contact1volt@gmail.com

https://www.facebook.com/events/1879376392090469/

1VOLT

 

Posté par Olivier Fouchard à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2017

 

 

"ENTRE LES BLANCS" : Réconcilier les gestes et la construction géométrique...:(le corps la pensée) .

pluseurs versions existent de cette étude dont une exposée actuellement à AUXERRE.

Philosophie-technique et pratique d'un trameur : tenter concilier ou réconcilier le geste à la pensée, l'être et le paraître...par l'expression d'une pratique de "trame-thérapie" et d'une pratique picturale.

entres les blancs of 2016-2017Ci dessus, "Entre les blanc"Encre typographique et Acrylique sur toile sur châssis,  60x60 cm 

 (cette version n'est pas dans l'expo BLEU, ROUGE, JAUNE ET AUTRES COULEURS)

 

Un clin d'oeil visuels peut-être, à Morandi ?, a Druesnes ? et aussi à Monet à Claude Monnet : "La pie" 1868_1869 huile sur toile 89x130 cm ? Au "Blanc sur Blanc, (composition suprématiste) huile sur toile 79,4 x 79,4 cm  de Malévitch ? sans anecdote, sans pie, sans sans suprématisme mais avec trame évolutive avec entre deux blancs donc à d'abord à Druesnes ...?: le Bleu, le Rouge et le Jaune.. entre les blancs (d'abord le fond blanc; puis l'encre typographique bleu, vert, jaune orangé (variante du jaune) commes "dessin" : la trame,  puis le Bleu, Rouge et le Jaune et enfin le Blanc , (peinture acrylique) .visible à l'exposition Bleu, Rouge, jaune et autre couleurs...Ce qui se passe entre les blancs est à la fois dans l'épaisseur (deux blanc : le fond et la couche finale et entre les touches et en surface : un seul blanc (gris colorés ?) : les touches de blanc final espacées qui laisent entrevoir clairement les bleu, rouge, jaune... Ici ce joue les trois dimensions-éléments décomposes : espace (épaisseur, hauteur, largeur), espace-termps (disposition distinctes des couhes successives de couleurs   (  et mouvement : celui du geste de peindre et de l'oeil du regardeur parcourant les directions imposées par la trame.

détail entre les blancs P1010052Ci- dessous : "entre les Blancs" détail. (cette version n'est pas dans l'expo BLEU, ROUGE, JAUNE ET AUTRES COULEURS)

 

23380123_1701844676542362_6669486646865130773_n

ARTICLE DE L'YONNE RÉPUBLICAINE, JOURNAL LOCALE À AUXERRE POUR L'EXPOSITION BLEU, ROUGE, JAUNE ET AUTRES COULEURS.


Affiche OF1VOLT - copieCI-DESSUS : Affiche DE L'EXPOSITION  BLEU, ROUGE,JAUNE À AUXERRE (FRANCE) PAR STEFHANE COLIN (COLLECTIF INTINÉRANT  1 VOLT) ET OLIVIER FOUCHARD (ELECTRON LIBRE).

 

Posté par Olivier Fouchard à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]